Lettre d'Information
 
 
 
 
 
 
 
 
   Lettre N°34, Jan. 2019                                                                                                                                                       
   
 
 
 
Bonjour,
 
La Chaire « Sécurisation des Parcours Professionnels » vous souhaite une très belle et heureuse année 2019 !
 
Cette lettre d’information est l’occasion de se pencher sur les discriminations au travail, une thématique abordée par Stéphane Carcillo et Marie-Anne Valfort dans leur ouvrage qui est paru aux Presses de Sciences Po.

Par ailleurs, nous vous informons de la parution à venir de deux prochains ouvrages sur le handicap au travail par Anne Revillard et sur la participation des salariés aux décisions des entreprises par Patricia Crifo et Antoine Rébérioux.

Nous profitons de cette lettre pour vous annoncer que Johan Vikström, Professeur associé à Uppsala University, et Gerard J. van den Berg, Professeur à University of Bristol, feront partie des invités de la chaire.
 
Cette lettre est également l’occasion d’attirer votre attention sur des articles de recherche récents, portant sur les thématiques de la chaire :


Bonne lecture !
 
Yann Algan et Pierre Cahuc, porteurs de la chaire
Arne Uhlendorff, directeur exécutif

 

 

 

Les discriminations au travail
Femmes, ethnicité, religion, âge, apparence, LGBT

Par Stéphane Carcillo et Marie-Anne Valfort

A partir d’une synthèse de la littérature académique internationale, l’ouvrage de Stéphane Carcillo et Marie-Anne Valfort « Les discriminations au travail » paru en octobre 2018 aux Presses de Sciences Po présente l’état des connaissances concernant la mesure, les causes et le coût des discriminations à l’encontre d’un large éventail de groupes, ainsi que les politiques pour les combattre.

Les discriminations sont omniprésentes, en particulier sur le marché du travail. La liste des groupes discriminés est longue. Dans les pays de l’OCDE, les femmes ont un accès plus difficile à l’emploi lorsqu’elles sont en âge d’avoir des enfants et elles gagnent en moyenne 15 % de moins que les hommes à temps plein sans qu’on puisse expliquer l’essentiel de cet écart. Les seniors ont 30 à 50 % moins de chances que les jeunes d’être invités à un entretien d’embauche dans de nombreux métiers, et ce désavantage peut se ressentir dès la quarantaine. La situation est pire encore pour les personnes LGBT qui peuvent avoir jusqu’à deux fois moins de chances que les hétérosexuels et les cisgenres, à compétences et expérience équivalentes, de décrocher un entretien si elles révèlent leur identité au moment de la candidature. Certaines minorités ethniques voient également leurs chances d’accès à l’emploi réduites de moitié voire plus par rapport aux candidats de la majorité ethnique. Un musulman doit envoyer quatre fois plus de candidatures qu’un catholique, à moins qu'il ne souligne qu'il n'est pas pratiquant. Mais ce n’est pas tout : les personnes qu’on juge laides, les personnes obèses, les personnes de petite taille, sont discriminées à très grande échelle, notamment dans les métiers où les interactions avec les clients sont fréquentes. A compétences et expérience équivalentes, les femmes obèses ont un salaire 10% plus faible que les autres. Les hommes les plus grands ont un salaire 13% plus élevé que les plus petits.

 

Lire la suite...